Piranha 3D

« Sea, sex and… blood« . Avec un titre aussi racoleur, il faut assurer un minimum derrière ! Pari tenu ? Peut-être…

Tous les ans à Pâques, les étudiants font la fête sur le lac Victoria. Et tous les ans c’est alcool, sexe et musique à gogo. Malheureusement cette année voit l’arrivée d’invités indésirables : le lac est infesté d’énormes piranhas, tout droit sortis de l’ère préhistorique et d’une faille ouverte par un tremblement de terre…
Le menu des poissons s’en trouve alors largement amélioré, au grand dam des baigneurs !

A l’évidence, ce ne sont ni la vraisemblance, ni la profondeur qui caractérisent ce scénario. Mais en allant voir ce genre de film, on ne s’attend pas non plus à une satire sociale, un thriller psychologique ou une comédie sentimentale !
Quoique, à bien y regarder, on peut sans doute trouver un premier élément de réponse du côté des comédies…

Continuez la lecture


Iron Iron, petit patapon !

Le Tony Stark nouveau est arrivé. Dans le deuxième opus de la saga de l’Homme de Fer, nous retrouvons un Robert Downey Jr., toujours habité par son rôle.

Pourtant, qui l’eut crû ? Entre des apparitions dans des séries TV pour pisseuses et une carrière mise en stand-by pour cause d’addictions incontrôlées, Bob persiste et signe dans son come-back.
Non qu’on puisse le créditer d’être l’acteur du millénaire, qui d’autre aurait pu mieux que lui incarner le super héros à l’armure sang et or ?

Continuez la lecture


Alice au Pays des Merveilles

Tim Burton a commencé sa brillante carrière chez Disney. Mais il n’y trouvait pas son compte. Aussi s’en est-il allé sous d’autres cieux. Et grand bien lui en prit, car loin du merveilleux pays des mièvreries, il pu enfin laisser libre court à son imagination.

De l’époque Disney, il ne lui restait qu’un regret : Alice au Pays des Merveilles. Il est vrai que l’univers délicieusement décalé de Lewis Carroll semble parfaitement en accord avec le sien.

Mais voilà, la licence est restée dans le giron de papa Disney, qui ne comptait pas la laisser filer. Aussi, quand bien des années après, on lui commanda l’adaptation au grand écran de cet univers singulier, Burton ne se fit pas prier !

L’histoire parait connu. Mais Tim Burton l’adapte et se l’approprie un peu en mêlant l’œuvre éponyme à sa suite : De l’autre côté du miroir.

Continuez la lecture


La Horde

Après nous avoir régalé durablement sur les chaines du satellite, avec ses critiques cinématographiques et vidéo-ludiques tantôt acerbes, tantôt exaltées, mais toujours partisanes, Yannick Dahan se lance dans la réalisation.

Il s’adjoint pour l’occasion l’aide d’un de ses camarades, Benjamin Rocher, avec lequel il a fondé Capture the Flag, maison de production spécialisée dans les courts métrages à effets spéciaux.

Ensemble, ils nous livrent leur premier long métrage : un film de zombies au scénario extrêmement léché !

Jugez plutôt…

Continuez la lecture


Wolfman

Lawrence Talbot est un aristocrate torturé dont l’enfance prit fin à la mort de sa mère. Ayant quitté le paisible hameau de Blackmoor, il a passé plusieurs décennies à essayer d’oublier.

La disparition de son frère et les suppliques de la fiancée de celui-ci le force à revenir au domaine familial. Il y apprend qu’une créature brutale et assoiffée de sang s’affère à décimer les villageois. Aberline, un inspecteur soupçonneux de Scotland Yard, est là pour mener l’enquête.

Contraint de se rapprocher à nouveau de son père, il réunit petit à petit les pièces du puzzle sanglant et découvre une malédiction ancestrale qui transforme ses victimes en loups-garous les nuits de pleine lune.

Pour mettre fin au massacre et protéger la femme dont il est tombé amoureux, il doit anéantir la créature macabre qui rôde dans les forêts qui cernent la région. Alors qu’il traque la bête infernale, cet homme hanté par le passé va découvrir une part de lui-même qu’il n’aurait jamais soupçonnée…

Continuez la lecture


Lutte de pouvoir dans l’Agora.

Égypte, IVème siècle après Jésus-Christ. Comme l’ensemble du monde Romain, Alexandrie est partagée entre polythéisme, judaïsme et chrétienté.

Les premiers citoyens défendent la philosophie et s’appuient sur l’esclavagisme à l’ombre de leurs dieux.

Les nouveaux croyants pointent du doigts les sciences en les qualifiant d’hérétiques et recrutent à tour de bras parmi les asservis.

L’arrogance des premiers se heurte régulièrement à l’extrémisme des seconds au sein de l’Agora (1), jusqu’à ce que le brandon de la discorde embrase finalement la cité.

Au milieu de tout ça, les tragédies humaines se font l’écho des drames sociaux…

Continuez la lecture


Avatar en 3D !

James Cameron est un habitué du haut du Box-Office.

Terminator a rapporté plus de dix fois l’investissement de départ. Le second opus est un succès mondial.
Aliens et Abyss sont plutôt des succès d’estime en salle, mais restent cultes hors des grands écrans.
Quand à Titanic, il a défrayé la chronique en devenant le plus gros succès de l’histoire du cinéma.

Or, Avatar pourrait bien lui ravir cette place. C’est dire l’énorme engouement qu’il soulève !

Qu’il s’agisse d’animer des Aliens, des tubes d’eau dans Abyss ou un robot polymorphes dans Terminator 2, Cameron a toujours une longueur technique d’avance. Dans le cas d’Avatar, sa vision du film aura même plus de quinze années d’avance…

Continuez la lecture


Zombieland : pur Rock & Roll

En allant voir ce film, Dazz et moi-même partions avec un certain à-priori sur la « nanardise » de ce cette petite bobine d’horreur, au sujet maintes fois éprouvé, à savoir les Zombies.

En effet, Dazz ayant décidé d’arrêter -temporairement- de boire, ils ne nous restait que le cinéma pour nous enivrer et zapper une semaine de travail bien fatigante.

Bref, après moult publicités sur de délicieux cônes glacés, que dévorent quelques femmes nues aux seins lourds, et faisant suite à une petite bande annonce d’Avatar d’environ 1H30 -au passage bravo à l’imbécile qui c’est dit qu’une bande annonce où on voit tout le film était surement très vendeur-, le générique démarre.

Continuez la lecture


Les Chroniques de Ludovik

Notre gentil membre Deerhunter change de Pseudo et devient Ludovik. Ainsi nommé, il compte bien nous faire profiter de son amour immodéré du cinéma en nous pondant quelques critiques bien senties… ou pas ! 😉

Il a rattrapé son retard et les mises à jour ont commencées. Elles sont généralement placées aux dates de sorties des dits films.

Vous pouvez déjà connaitre son avis sur les titres suivants :
2012, de Roland Emmerich.
Bronson, de Nicolas Winding Refn.
Dragon Ball, de… ben on s’en tape en fait.
Inglourious Bastards, de Quentin Tarantino.
Jusqu’en Enfer, de Sam Raimi.
Star Trek, de J.J. Abrams.
Tropa de Elite, de José Padilha.
X-Men origins : Wolverine, de Gavin Hood.

Bonne lecture ! 😉